Cette région a été prospectée, pour ne pas dire écumée, par notre ami Roger Agache. Généralement, nous évitons de prospecter sur des régions particulièrement étudiées, sauf cas exceptionnel. Dans le cas présent, ce château rentre dans l'inventaire des mottes castrales que nous avons établi, il y a quelques années -près de trois cents sites-. Le site se trouve sur une butte vraisemblablement artificielle à l'ouest du village, surplombant la vallée de la Noye.


 

Folleville (Somme)

Le château initial était probablement une motte féodale. Ce château fut détruit en 1358 lors de la grande Jacquerie. Les restes actuels sont ceux de la partie du château reconstruit à la fin du XIVe siècle par Jean de Folleville. Ce château fut attaqué de nombreuse fois lors de la guerre de Cent ans. Il fut pris en 1440 par le comte de Shrewsbury, plus connu sous le nom de John Talbot. Les ruines actuelles sont la conséquence du propriétaire du moment, le Comte de Mailly qui, à partir de 1777, fit récupérer une grande partie de ces pierres pour élever le château de Mailly-Raineval.


 

Folleville (Somme)
Toujours dans la même commune, au lieu-dit le Mont Blanc, apparaît les traces parallèles d'une grande enceinte fossoyée qui sont les restes arasés d'un camp de légionnaire romain d'un hectare et demi. Le site a été publié par Roger Agache ;pages 232-237, de "la Somme pré-romaine et romaine", publié en 1978 par la Société des Antiquaires de Picardie. Le cliché date du printemps 2002, donc au moins 25 ans après, ce qui prouve la mémoire de la terre.


 
 

Rouvrel (somme)
Bel exemple complexe, d'un edificium, communément décrit dans le jargon des prospecteurs aériens : établissement rural de l' aristocratie gauloise. Ce genre de site typiquement rural, était délimité par des enceintes fossoyées avec parfois des talus couverts de haies vives (il ne faut pas oublier que le fil de fer barbelé est une invention française de louis Jannin, datant 1865 mai un américain , Joseph Glidden déposa un brevet le 24 novembre 1874). L'habitat de terre de bois et de chaume se trouvait dans l'enceinte centrale